Il y a du changement du côté de l’investissement participatif

Le crowdfunding a fait l’objet d’un nouveau décret, car l’État souhaite définir plus précisément les conditions d’utilisations tout en encourageant cet investissement participatif. Il aura tout de même fallu attendre le début Novembre pour obtenir des informations officielles.

Les investisseurs peuvent désormais débloquer jusqu’à 2000 euros

Si vous souhaitez effectuer un don pour un projet, le gouvernement vous permet d’augmenter votre contribution. Le plafond est désormais de 2000 euros, cela devrait aider les investisseurs à épauler davantage tous les créateurs qui pourraient atteindre plus rapidement la somme voulue avec cet aménagement. L’État a aussi l’intention d’encourager cet investissement dans les entreprises, car le crowdfunding n’est pas réservé aux particuliers ou aux start-ups. Un plafond maximal de 2.5 millions d’euros a donc été mis en place, mais une condition est à satisfaire. Il est important de noter que seules les structures qui ont un capital libéré ont l’occasion de jouir d’une éligibilité.

Une plateforme spécifique dédiée au développement de la Bretagne

Désormais, l’investissement participatif se popularise de plus en plus et s’attarde aussi sur d’autres domaines. Si ce secteur a vu le jour afin d’aider les créateurs, il peut avoir pour objectif premier de valoriser une initiative, c’est d’ailleurs le cas en Bretagne où une plateforme souhaite optimiser l’économie de la région. Les projets bretons sont largement soutenus que ce soit sous la forme d’un investissement en capital, d’un prêt ou d’un don traditionnel. Il est important de préciser qu’il s’agit d’une offre unique dont le but premier concerne le développement de la Bretagne ainsi que l’emploi.

L’État annonce l’arrivée officielle des minibons

En parallèle, le gouvernement a décidé d’instaurer des minibons qui sont déjà au cœur des débats depuis plusieurs semaines. Les plateformes en ligne utilisent ainsi des bons de caisse qui sont déployés par les entreprises aux prêteurs. Ils ont la particularité d’être valables pendant 5 ans au maximum, mais l’émission est également limitée tous les ans à 2.5 millions d’euros. Certes, cette nouvelle ne sera pas novatrice pour certains, car cette création a été annoncée en Avril 2016. Des sites sont donc familiarisés avec ce procédé. Avec ces modifications, l’État ne souhaite pas mettre des bâtons dans les roues des différentes plateformes, l’objectif s’articule clairement autour de l’amélioration des conditions d’utilisation.

Encourager l’investissement participatif est aussi un point fort à ne pas négliger. Des start-ups ont largement été épaulées avec ce fonctionnement qui devrait perdurer dans les prochaines années.

Comments are closed.